Production off

EMBARQUEMENT IMMEDIAT!!!


MOBY DICK Du 5 au 31 décembre 2012
Dans la Tour Vagabonde, édifiée dans le jardin du Petit Théâtre de Lausanne (CH)

Texte : Domenico Carli, d’après Herman Melville



Mise en scène: Gabriele Bazzichi
Jeu : Julien Alembik, Antonio Buil, Michel Demierre, Tomas Gonzalez,
Shin Iglesias, Bastien Semenzato, Pierre Spuhler,
Roland Vouilloz, Edmond Vullioud
Assistante à la mise en scène : Jocelyne Page
Scénographie et lumières : Gilbert Maire, assisté de Fanny Courvoisier et Guillaume Gex
Costumes : Claude Rueger, assistée de Withney Juriens
Son : Olivier Lübkemann
Musique : Lee Maddeford
Travail vocal Catherine Pillonel Bacchetta
Accessoires: Leila Licchelli
Maquillages : Nathalie Mouchnino
Régie plateau: Noé Stehlé
Régie son et lumière : Guillaume Gex et Luc-Etienne Guersbach
Durée: 1h15
http://www.lepetittheatre.ch/public/a-l-affiche Attiré par la mer et le large, Ismaël décide de partir à la chasse à la baleine.
Avec son ami Queequeg, un fameux harponneur natif des îles, le jeune homme embarque à bord du Péquod, un baleinier commandé par le capitaine Achab.
Le jeune homme s’apercevra bien vite que l’unique but du capitaine est de retrouver Moby Dick, un cachalot blanc gigantesque,
qui lui a jadis arraché une jambe et dont il a juré de se venger.

    Création - coproduction : Le petit théâtre, Cie Eventosud

RESERVATION
Le petit théâtre
Place de la Cathédrale 12
1005 Lausanne
Mail: info@lepetittheatre.ch
Tél: 021 323 62 13
Fax: 021 323 62 15

























ET POUR CEUX QUI AURAIENT LE DON D'UBIQUITE
LA REINE DES NEIGES
http://www.llum.ch/accueil.htm
TOURNEE 2012 :
Texte adaptation : DOMENICO CARLI
Mise en scène : Joan Mompart
Costumes Claude Rueger 
Scénographie-video : Brian Tornay
Musique : Christophe Sturzenegger

du 1.12.2012 au 4.12.2012 à CAEN - Comedie de Caen   -  www.comediedecaen.com <http://www.comediedecaen.com>
du 6.12.2012 au 7.12.2012 à LIMOGES - Théâtre de l'Union   -  www.theatre-union.fr
du 15.12.2012 au 18.12.2012 AU MANS - Théâtre l'Espal -  www.theatre-espal.net
du 20.12.2012 au 21.12.2012 à VELIZY-VILLACOUBLAY (Région parisienne) - à l'Onde  - www.londe.fr
La pièce raconte le passage de l'enfance à l'adolescence.
Le texte de Domenico Carli est savoureux, il a su transposer des situations du quotidien d'un enfant dans l'univers fantastique d'Andersen, sans perdre le fil de l'action, qui consiste en une série d'événements révélateurs pour Gerda, la jeune héroïne.

C'est un vrai parcours initiatique jusqu'à ses retrouvailles avec Kay, son ami. Quand les deux enfants se rencontrent à la fin de la pièce, le jeune Kay dit à Gerda : « - tu es belle… ». Gerda est gênée et prend conscience de son corps, dont les contours se sont transformés car le temps est passé plus vite qu'elle ne le croyait. Ce sont là les premiers « émois » d'une future sexualité, nous sommes déjà dans l'adolescence. Dans la pièce ils sont accompagnés par Nonno, leur grand-père, qui les quitte à la fin de l'histoire, dans le dernier texte de la pièce, il dit : « … la nuit est mon amie, et dans ma nuit, je vois Gerda et Kay, réunis, adultes et cependant, par le coeur, encore des enfants… ». Ce seront ses derniers mots, ceux d'une génération qui laisse sa place à la nouvelle, le spectacle nous rappelle que la « transmission » d'une génération à une autre est le plus beau des trésors, bien avant la possession matérielle, ou les mondes virtuels. Ce n'est que par la transmission que l'être humain s'est construit et qu'il continuera d'apprendre.
Le conte et la musique
Le conte traite de moments cruciaux de l'enfance, des moments que bon nombre du public reconnaît. La musique dans un récit de ce type, devient une alliée, quand elle est jouée en direct, les cordes, les cuivres, les percussions, vibrent au rythme de l'action théâtrale, elle convoque « des mondes invisibles », et nous ramène à l'essence même du théâtre, raconter du vécu… ce vécu passe par la parole, par le silence et souvent par la musique. Le compositeur Christophe Sturzenegger a réussi à coller parfaitement à notre récit, il est arrivé à exprimer les émotions de Gerda, de Kay, de la Reine, là où il aurait été trop évident de formuler certaines situations par des mots… L'écoute et la compréhension des enfants sont accentuées si lʼaction théâtrale est intimement liée à la musique. Là où les mots trouvent des limites, des « frontières linguistiques », la musique vient « secourir » le récit, lui donner des dimensions inattendues et universelles.

La Reine des Neiges
D'après Andersen
Texte : Domenico Carli

Mise en scène : Joan Mompart
Musique : Christophe Sturzenegger
Chef d'Orchestre : Christophe Sturzenegger
en alternance avec Jean-Claude Picard
avec : Marion Duval, Charlotte Filou, Juan Antonio Crespillo

Pour la tournée 2012, voici les orchestres qui nous accompagnent :
L'Ensemble Orchestre régional de Basse-Normandie (à la Comédie de Caen et au Théâtre de l'Union)
Les élèves du Conservatoire de Musique de Versailles (à l'Onde); Les élèves du Conservatoire du Mans (à l'Espal)
Une coproduction
Am Stram Gram Genève
Petit Théâtre Lausanne
Llum Teatre Lausanne
Avec le soutien de:
Loterie Romande,
Ernst Göhner Stiftung,
Schweizerische Interpreten Stiftung,
Migros pourcent culturel,
Corodis

A PRESTO
domenico
L’odyssée du Gruyère     une production de l'Echo des Alpes
D’abord il y a le chœur mixte Echos des Alpes de Charmey, des femmes, des hommes, des enfants, passionnés par la musique, le chant.
Et puis il y a aussi cette énergie que seul l’enthousiasme peut transmettre. La mise en scène d’un spectacle tel que L’Odyssée du Gruyère doit essentiellement traduire ces ingrédients.
Grâce à la collaboration de tous les voyageurs nous avons tenté de créer une narration colorée, dynamique,
pleine de cette humanité et de cette poésie qui soufflent sur la Gruyère.
Nous avons imaginé un personnage guide, Appolonia.
Une femme, particulière, que l’on craint et que l’on aime, qui aide et maudit aussi.
Une femme au passé sulfureux, une sorcière qui aurait vécu au XVIIème.
siècle mais que la force de la poésie scénique ont ramené à la vie.
Appolonia nous guidera à travers les aventures que notre fromage va affronter.
Chants, danses, musiques, vidéo et les voix chaudes de nos choristes vont orner les moments épiques,
légendaires, fabuleux de l’histoire de la Gruyère et de son fromage.
Dans une scénographie sobre, élégamment éclairée, qui fait la part belle au chœur et à la théâtralité,
les projections vidéo ajouteront au spectacle une dimension onirique et contemporaine.
Partant d’un point, elles traceront les contours, les perspectives, une imagerie surprenante.
Elles seront l’ombre et la lumière de l’Odyssée du Gruyère.
Mais place au spectacle…
C’est la fin de la nuit sur la place du village.
Les montagnes tout autour veillent silencieusement.
Á travers les brumes de l’aube, une lumière dessine peu à peu la ligne de l’horizon.
Le vent cherche à éteindre cette faible lueur.
Perdu dans la campagne, un coq chante. Son écho résonne dans les montagnes.
Quelques enfants traversent rapidement la place du village. Ils sont très excités. Les Villageois murmurent, se plaignent.
Quelque chose d’important est en train de se passer.
Les enfants indiquent quelqu’un d’important qui vient.

Chœur des Villageois (sotto voce)

Appeli, Appeli, Appeli, ah ! A Hax, a Hax im Jaun (ad libidum)
Peu à peu les Villageois s’écartent et regardent passer une femme au regard digne : Appolonia.



JEU D'OPOSSUM, réal Christophe M. Saber, 2011 PRIX DU PUBLIC FESTIVAL SALAMANDRE 2011 (CH)

SELFRAG : réal Brian Tornay 2009
Concerto Pour Notes Vertes / 2008
Inséparables / 2007
Zattera / 2007
Babalina / 2006
Lysistrata / 2005

design

Spectacles

Calderon / 2000
Notre Mère / 1999
Deirdre / 1998
Un doigt d'Amour / 1998
Le Village en Flammes / 1997
Merlin / 1996
Histoires Mininales / 1995
Une lettre / 1995
Sgombero / 1995
Cage / 1987

design

Presse - Stampa: choix d'articles - articoli scelti

LE COURRIER DU SAMEDI 22 NOVEMBRE 2014
Cécile Dalla Torre

THEATRE Après «Gomorra» monté à Genève par Philippe Lüscher en 2012,
les «Chroniques Adriatiques» de Domenico Carli éclaireront bientôt au Grütli la réalité d’une Italie gangrénée par la mafia. Interview.
Domenico Carli nous reçoit chaleureusement dans son atelier à Lausanne, une ancienne école de cinéma que ce fan de Scola, Risi ou Monicelli n’a sans doute pas choisie par hasard.
C’est là qu’il y donne ses cours de théâtre, ou qu’ont eu lieu les répétitions de Lido Adriatico, dernier volet de ses Chroniques Adriatiques, récemment parues dans un même ouvrage.
La trilogie sera bientôt jouée dans son intégralité au Grütli, à Genève, sous la houlette de la metteure en scène Anne-Cécile Moser,
enthousiasmée dès 2012 par Ciao Papà, première des trois pièces (déjà traduite en italien, en anglais et en allemand) évoquant, sous l’angle des rapports familiaux, une terre minée par la mafia.
Ce «Rital immigré», venu des Pouilles à l’âge de cinq ans, et qui n’a jamais opté pour le passeport suisse, se raconte avec franchise et humour.
Une âme généreuse et humaniste, dont la plume déliée a merveilleusement saisi la réalité de son pays, plus que jamais gangréné par le crime organisé.

Vos Chroniques Adriatiques, qui regroupent trois pièces fictionnelles autour du système mafieux, viennent de paraître (aux Editions d’En Bas).
Vous êtes italien d’origine, né dans les Pouilles, le sujet vous est proche...
Domenico Carli: Le théâtre offre la capacité de synthétiser la réalité en tant que métaphore. Ici en l’occurrence, l’Italie.
Mais ce questionnement sur la mafia est plus général que simplement circonscrit à un pays. Le phénomène me préoccupe beaucoup, car il fait exploser pratiquement tous les rapports humains.
La confiance et la solidarité, qui semblent aujourd’hui un peu ‘old-fashioned’, sont en train de s’effriter...

Quelle analyse faites-vous du phénomène?

– Avec Nicolas Giannakopoulos, spécialiste du crime organisé, nous avions évoqué deux pistes lors d’un débat tenu après les représentations à La Chaux-de-Fonds, en 2012.
Est-ce une crise de la démocratie qui amène à ce type de comportements? Ou une crise profonde de l’ultra-libéralisme?
Les deux se rejoignent à un moment donné. Si c’est une crise de la démocratie, c’est très grave. Si c’est celle de l’ultralibéralisme, ça l’est encore plus!
On a décrété que tout était en vente, que ce soit une mère, un fils, un rein, un bout de terrain, son identité – oui, la carte d’identité est un bien négociable.

Aviez-vous en tête l’idée du triptyque lorsque vous avez commencé à écrire vos Chroniques Adriatiques?

– Non, au début il y a eu Ciao, Papà!, qu’Anne-Cécile Moser a créé au Pulloff à Lausanne, en 2012.
Puis j’ai commencé à écrire Ave Maria, qu’elle a souhaité monter aussi. Il fallait ensuite conclure, d’où la commande de Lido Adriatico.
Le sujet me hante. Est-ce que je l’ai vraiment bouclé d’ailleurs? Le crime organisé, c’est lourd à porter. Mes étagères sont pleines de livres... C’est une réalité qu’on essaie de camoufler,
mais qui est en train de miner une génération entière. Et de manière un peu plus aiguë qu’avant, en raison de la conjonction de la crise économique et de celle des valeurs,
et de la facilité à basculer dans la criminalité organisée, qui est presque valorisée par certains médias aujourd’hui.
Cela donne un humus dans lequel on baigne tout le temps. Ciao, Papà! part d’un fait réel...
– Je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire autour du personnage de Renata Fonte (élue de la province de Lecce, assassinée dans les années 1980, ndlr), à qui est dédié Ciao, Papà!,
et qui est à l’origine de cette fable sur le lien père-fille. Puis il y a eu le meurtre de Gelsomina Verde, jeune femme tuée par erreur, qui a inspiré Ave Maria,
une suite de monologues adressés, qui questionnent les rapports mère-fille.
Un peu comme une enquête qui avance à la suite d’un meurtre, donnant différents points de vue sur le même événement, à la manière de Kurosawa dans Rashomon.
Je n’amène aucune solution mais s’il fallait dire quelque chose à ma génération, c’est ce que j’aurais envie de lui raconter.

Ecrire, pour qui? Pourquoi?

– Pour les enfants, on s’attaque à des thématiques plus légères, mais toujours par la réflexion.
A l’adulte, on lui en demande un peu plus. D’où le vœu pieux d’essayer de rendre la complexité de la chose, et d’éviter le manichéisme.
C’est cela qui me passionne dans l’écriture. Comment rendre plausible et touchante une femme amoureuse qui se révèle être le lendemain une criminelle sans pitié,
froide et calculatrice, comme dans Ave Maria?

Quelles voies vous mènent à l’écriture?

– Par les enquêtes, les lectures et les rencontres, et mes fréquentations, je ‘pompe’ un peu chez les autres.
J’invente, je transforme. On m’avait par exemple raconté cette anecdote d’une jeune femme voilée travaillant en Suisse dans un centre d’accueil pour l’enfance, virée du jour au lendemain. Ça m’a inspiré Boléros.
De manière générale, j’opère le travail habituel de l’auteur pour remodeler des personnages, avec des états d’âme, un point de vue sur la réalité,
sans émaner d’idées conceptuelles ou de notions idéalistes. J’essaie au contraire de les rendre très sanguins, très charnels.

Quand vous dites «enquête», qu’est-ce que cela recouvre exactement?

– Aller sur le terrain, rencontrer les gens. Au début des années 1990, avant la guerre au Kosovo, j’étais à Bari, dans les Pouilles.
L’Albanie se libérait, les réfugiés arrivaient par la côte. A ce moment-là, je n’avais pas idée de la pièce que j’allais écrire, mais juste du phénomène.
Zattera, lauréate d’un concours de la Loterie romande en 2006, signifie «radeau», et parle des boat-people.
Le spectacle, que j’ai monté à Vidy, pose la question de la solidarité: un sentiment induit naturellement ou qui tient de l’acquis?
Manifestement, certains l’acquièrent, d’autres pas...

La même démarche vaut-elle pour l’écriture de vos Chroniques Adriatiques?

– J’étais à Naples, à Lecce, etc. Ce que la Mafia est en Sicile se dénomme «Sacra Corona Unita» chez nous, dans les Pouilles.
Mais seul le nom change. Un de mes cousins est tombé dans la dope. Il venait nous taxer du fric.
Ça commence comme ça... Ce cancer-là est l’une de leurs sources de revenus les plus importantes, le sujet du dernier livre de Roberto Saviano.

Ecrire pour vous, est-ce une façon de résister?

– Il n’y a plus de place pour le cynisme aujourd’hui. Il faut proposer des parenthèses ou des bribes de solution, des actions.
Le théâtre peut être le lieu de cet échange, de ces propositions. Raison pour laquelle nous allons bientôt jouer dans les classes (Le Paquet, pièce écrite et mise en scène par Domenico Carli, ndlr).
Je crois naïvement que le théâtre peut être vecteur de solutions!

Dans la dernière pièce du triptyque, Lido Adriatico, la misère sociale est particulièrement criante. L’un des deux frères s’en sort en fuyant l’Italie pour l’Allemagne.

– La fuite des cerveaux est une hémorragie mortelle pour l’Italie.
Nous assistons à une nouvelle émigration européenne. La preuve avec la nouvelle directrice du Cern, Fabiola Gianotti, une italienne.
On ne peut pas dire que la crise est dernière nous, comme le prétendent certains.
J’ai lu récemment dans les journaux l’annonce de la démission de Riccardo Muti, pourtant chef honoraire à l’Opéra de Rome, où les conditions de travail devenaient épouvantables.
Je suis très fan, il vient d’un village des Pouilles tout près de chez moi.
A chaque fois que Muti prend sa baguette, c’est pour dire la même chose: ‘Mais regardez ce que vous faites! Vous êtes en train de démanteler la culture italienne!
Si lui s’en va, que vont faire les autres?

Le fil rouge entre les trois pièces des Chroniques est le lien familial, sur lequel vient se greffer une réalité sociale. Est-ce important pour vous?

– La famille, c’est notre culture. Et les liens qui se tissent en son sein aident à structurer la pièce.
Quand on dit «mon père» ou «ma mère», on sait de qui l’on parle. La famille est qui plus est un lieu d’étude sublime.
La preuve, c’est qu’elle est en train d’évoluer, comme on le voit en France. Le questionnement au père, qui sous-tend Ciao, Papà!, m’est venu dans des manifs dans le Sud de l’Italie,
où flottaient de petits drapeaux à l’effigie du Che et de Bob Marley.
A-t-on besoin de la caution d’un père idéologique ou spirituel et en quoi cette caution justifie-t-elle une action aujourd’hui?
C’est vraiment dans les gènes. On n’a pas encore de manifs avec Simone Weil, Nina Simone...ou Hannah Arendt!

En 2012, à Genève, Philippe Lüscher a réussi à porter à la scène Gomorra de Roberto Saviano, malgré des lettres de menace. La prise de risque est-elle réelle aussi de votre côté?

– La situation a été tendue pour Philippe Lüscher, mais pas en ce qui me concerne. Il faut savoir que d’autres auteurs que Saviano vivent sous escorte en Italie.
Dans ses ouvrages, qu’il vend dans le monde entier, Saviano divulgue les noms, les adresses et quasiment les montants en jeu dans le négoce illicite.
Benigni disait aux mafieux: ‘Qu’est-ce qu’il a fait Saviano? Il a fait un livre. Vous n’avez qu’à faire la même chose!’

Vous n’êtes ni dans le réalisme, ni dans la dénonciation...

– Je ne suis pas dans le réalisme mais je l’éclaire.
L’Italie est un pays formidable, généreux. C’est cela qui est émouvant. Les trois pièces des Chroniques se déroulent à Villafranca, une ville fictive.
J’ai emprunté ce concept à William Faulkner. Lui comme tant d’autres écrivains inventent une géographie imaginaire dans laquelle se passent toutes ses histoires.
Je viens d’un petit village des Pouilles qui s’appelle Margherita di Savoia.
Quand un ami réussit à y monter une épicerie, des gars viennent lui dire: «Ton entreprise marche bien, on a décidé de te taxer 1000 euros par semaine.
Comme ça marche de mieux en mieux, on va monter la mise à 1500 euros. Ce serait con si elle brûlait.»
Ce sont de petits exemples, mais qui me touchent personnellement... Le nombre d’entrepreneurs suicidés est une calamité.
Les banques ne font pas leur boulot. Difficile, inutile et idiot alors de parler de mes petits problèmes de quadragénaire...
D’autres le feraient mieux que moi. Mais il y a de la place pour tout le monde, disait Grotowski. Notre travail au théâtre est de susciter la réflexion.

design

SAINT PAUL PASOLINI

PIER PAOLO PASOLINI Saint Paul:





CRITIQUE DE VALERIE BORY Avec ce Saint Paul, d’après le projet de Pier Paolo Pasolini pour un film qu’il n’a pas eu le temps de tourner avant de mourir, la Compagnie Atelier C et le Théâtre Chantier interdit ont réussi un pari exigeant. Dans le chœur de l’église Sainte-Claire de Vevey, une longue table est dressée. Il y a là les neuf lecteurs et protagonistes : narrateurs, persécuteurs, fidèles, et Paul, l’apôtre. Qu’est-ce qui amena ce persécuteur fanatique des premiers chrétiens à se convertir et à fonder une nouvelle Eglise ? s’est demandé Pasolini, attiré et fasciné par les grandes figures absolues de la chrétienté. Dans son génie visionnaire, il a transposé la trajectoire de Paul dans les années 1940-70. A la conversion de Saul, pharisien devenu chrétien,
Pasolini met en parallèle la « conversion » d’un officier nazi tortionnaire, passé à la Résistance.
Le chemin de Damas devient la route de Barcelone, Rome devient New York, Jérusalem devient Paris et Antioche devient Londres.
Mais les paroles prononcées par l’apôtre Paul dans cette lecture-spectacle sont strictement authentiques, comme le voulait Pasolini, et tirées de ses épîtres.
D’où une très vivante confrontation d’idées avec les comédiens-interlocuteurs réagissant aux discours de Paul : chefs de la première communauté chrétienne, juifs à convertir, mais aussi fidèles, détracteurs, parfois même judéo-chrétiens en désaccord avec lui.

Dans une mise en lecture bien dans l’esprit de Pasolini, les joutes verbales prennent sur scène des échos contemporains.
Pasolini, en tant qu’artiste visionnaire, intuitif, aurait mis dans son film des nazis, des résistants, des communistes.
L’anachronisme était pour lui un moyen de faire jaillir un sens, sur fond de temporalités différentes.
Ce Saint Paul a captivé les spectateurs.
Domenico Carli, de la Cie Atelier C qui s’est déjà frotté à Pasolini plusieurs fois, avait connaissance de ce texte, en italien et en français.
Il rappelle, pour l’anecdote, que Pier Paolo Pasolini, dont certaines œuvres ont pu choquer, figure parmi les cinéastes reconnus par le Vatican comme ambassadeurs artistiques, avec Roberto Rossellini, Vittorio De Sica, Luchino Visconti, Michelangelo Antonioni, Federico Fellini, Satyajit Ray ou encore Yasujro Ozu.
Pour lui, il n’est pas étonnant que Pasolini, après s’être penché sur l’Evangile selon saint Mathieu, aborde, dès 1968, l’œuvre de saint Paul. C’est dans la logique de recherche de la vérité, indissociable du scandale (du dévoilement), qui habitait le grand cinéaste, écrivain et poète.
V. B.
revue choisir (n° mars 2012).
http://www.choisir.ch/

design

BOLEROS

Lire la suite

design

Bienvenue !

LE DéBUT DE L'éTé 2014 A COURONNé UNE TRèS BELLE ANNéE!!!!

MERCI à TOUTES ET A TOUS

AINSI QU'Á NOS PARTENAIRES : LOTERIE ROMANDE, MIGROS POUR CENT CULTUREL,


THéâTRE DE NUITHONIE, THéâTRE DU POMMIER, LE PULL OFF, THéâTRE DE L'ECHANDOLE, THéâTRE DE L'ORIENTALE, THéâTRE de l'ABC


AINSI QUE TOUS LES AUTRES THéâTRE ET LIEUX CULTURELS (EN EUROPE ET MêME AILLEURS) QUI ONT BIEN VOULU ACCUEILLIR NOS CREATIONS AINSI QUE NOS COLLABORATIONS ARTISTIQUE!!!!



GRAZIE MERCI DANKE THANK YOU!!!


PROCHAINEMENT NOUS DRESSERONS LA LISTE DES PRODUCTIONS DE LA SAISON 2014/2015…

QUI S'ANNONCE SUCCULENTE!!!

LA RENTREE : les COURS DE THEATRE LUNDI 3 Novembre 2014 à 19h !!!!

INSCRIPTION JUSQU'AU 20 OCTOBRE

INFO PAR MAIL : dcarli@sunrise.ch <br />
bel été…de découvertes et de douceurs!


CHRONIQUES ADRIATIQUES Ciao, Papà ! & Ave Maria & Lido Adriatico de Domenico Carli Mise en scène : Anne-Cecile Moser Issu de l’imagination de Domenico Carli, Ciao, Papà! donne à voir la rencontre de Laura, fille d’un politicien assassiné par la Mafia, et de Riccardo, comédien ayant joué le rôle de son paternel à l’écran, dans un train au départ de Milan.
Ecrit comme un hommage au cinéma transalpin hanté par la figure du père Ciao, Papà ! constitue le premier volet d’une trilogie baptisée Les Chroniques Adriatiques.

C’est la suite de cette épopée gangrénée par la violence, l’injustice et la corruption qui se poursuit avec Ave Maria.
Ave Maria, collection de témoignages concentrés sur fond de rapports filiaux, de pardon et survie - celle qui s’impose, terrible,
à une mère anéantie par le meurtre de sa fille la veille de ses noces, bavure d’un chef mafieux qu’on lui suggère aussitôt d’oublier.
3 ème volet Lido Adriatico, suit la chronique d’une mort annoncée où deux frères, Dario, professeur de biologie, et Vito,
loup solitaire tenté par l’argent facile, se déchirent en bordure de la mer Adriatique.
Entre fiction et témoignage, poésie et enquête, ce triptyque débusque l'inconscient collectif d'une Italie confrontée à ses rêves et à ses faillites morales, sociales.

LES CHRONIQUES ADRIATIQUES EN TOURNEE :
Du 30. 9 au 2 10 2014 : Théâtre de l’Échandole d’Yverdon
Du 12.11 au 16. 11 : Théâtre de l’Orientale à Vevey
Du 2. 12 au 14. 12 : Théâtre du Grütli de Genève
Du 19.12 au 21. 12 : Théâtre du Moulin-Neuf à Aigle
Le 6. 2 2015 : Salle du Tribunal de Porrentruy
Du 5. 3 au 8. 3 : Théâtre de Nuithonie de Villars sur Glâne
Le 12. 3 : Teatro Sociale de Bellinzona
Mise en scène : Anne-Cecile Moser
DISTRIBUTION
CIAO, PAPÁ ! : Shin Iglesias, Roberto Molo
AVE MARIA : Anne-Marie Yerly, Maurenn Chiché, Isabelle Tosic, Michel Rossy
LIDO ADRIATICO : Anne-Marie Yerly, Maurenn Chiché, Isabelle Tosic, Michel Rossy, Yves Adam, Shin Iglesias, Roberto Molo
Infos supplémentaires : (info sur http://www.acmosercie.com/)

Conception, mise en scène : Anne-Cécile Moser
Création sonore : Stéphane Vecchione en collaboration pour Lido Adriatico avec David Tabachnik
Création lumières : Jean-Marie Bosshard en collaboration pour Lido Adriatico, Reuben Bramley
Vidéo : Brian Tornay
Costumes : Claude Rueger
Maquillage : Malika Stahli
Régie générale, régie son : David Tabachnik
Régie lumière : Reuben Bramley
Régie plateau et accessoires : Emilie Triolo
Administration : Emmanuel Colliard
Une production acmoser cie.

Co-producteurs : Espace Equilibre-Nuithonie-Friubourg, Théâtre de L'Oriental-Vevey, Théâtre du Grütli-Genève, Théâtre du Moulin-Neuf-Aigle, Théâtre l'Echandole-Yverdon
Avec le soutient des Affaires Culturelle du Canton de Vaud, de la Loterie Romande, La Corodis, Migros Vaud, Fondation Ernst Göhner, S.I.S.
ACTUALITéE PASSéE SAISON 2011/2012/2013



un aperçu du Baron de Munchhausen en Jarjanie chanté par les élèves des écoles Neuchateloises




JETEZ UN COUP D'OEIL SUR NOTRE Moby Dick


EVENEMENTEVENEMENTEVENEMENTEVENEMENTEVENEMENT

EVENEMENTEVENEMENTEVENEMENTEVENEMENTEVENEMENT







LES DEUX DERNIERES PIECES DE DOMENICO CARLI AUX EDITIONS D'EN BAS… Ciao, Papà! & Ave Maria

EN TOURNEE SUISSE ROMANDE INFO SUR www.acmosercie.com/



COURS-SPECTACLE-LECTURE-ECRITURE-COSTUMES

ATELIER C. La Compagnie de théâtre curieuse et polymorphe
Les curieux et polymorphes de la Cie Atelier C. vous souhaitent la bienvenue sur leur site.
Ils espèrent que vous aurez du plaisir à traverser avec eux de l’autre côté du miroir




VOICI Les dernières nouvelles de la Cie. Atelier C. :




haïku de saison…


LE FOU NE SAIT PAS CE QU'IL FAIT…LE SAGE NE SAIT PAS CE QU'IL DIT




dernière création





Lorsqu’un auteur est désintéressé et passionné, il est toujours une contestation vivante.
Il passe son temps à remettre en cause tout ce qui est conformiste, officiel, étatique, national, tout ce qui convient à la masse.
L’artiste est toujours engagé, et dès qu’il s’exprime, il provoque un scandale.“

Pier Paolo Pasolini


LECTURE SPECTACLE



DU 20 AU 22 JANVIER 2012
Eglise Sainte-Claire, Rue Ste-Claire 1 1800 Vevey





Devine qui sort ce soir: émission sur Pasolini/Saint Paul
du 19 janvier 2012



photos Martin Reeve
























CONCEPTION DOMENICO CARLI

Lectrices et lecteurs Anne-Cécile Moser | Isabelle Tosic | Gabriele Bazzichi |
Pascal Dayer | Marco Facchino | Georges Grbic | Salvatore Orlando |
Pierre Louis Péclat | Stéphane Rentznick

TRADUCTION Giovanni Joppolo
CONSEILLER THÉOLOGIQUE Daniel Marguerat
CONSEILLÈRE ARTISTIQUE Claude Rueger
VIDÉO Brian Tornay
ADMINISTRATION Emmanuel Colliard






Le théâtre … ?

Un art qui fait du bien!




ATTENTION! MISE EN GARDE DE NOS LABORATOIRES : ETRE CULTIVE NUIT GRAVEMENT Á LA STUPIDITE!

nos spectacles assurent des effets garantis par nos ateliers laboratoires et par nos spécialistes sur :
zygomatiques,
épiderme,
ventricules gauches et droits,
hypophyse,
oreille interne,
stimule le cerveau reptilien,
forme biceps et abdominaux,
draine les mauvaises humeurs et dynamise l’équilibre,
Enrichit votre flore et votre faune!


Attention : utilisation prolongée que sous surveillance de nos spécialistes



si vous cherchez des cours de théâtre…nous avons ça en boutique!!!!


Les activités récentes de Claude Rueger, Nicole Tornay et Domenico Carli,
des liens sur des sites revigorants! Et d'autres nouvelles curieuses et polymorphes qui pourraient mettre quelques couleurs dans la matière grise…
Sans oublier, comme dirait A. Rimbaud, le "dérèglement raisonné de tous les sens"…

bonne visite!!!!!

design

Histoire de la Compagnie


La compagnie de théâtre Atelier C. est née à Lausanne en 1993 d’un désir de théâtre partagé par trois complices : Alfonsa Shin Iglesias (comédienne), Claude Rueger (costumière, peintre), et Domenico Carli (metteur en scène, auteur, comédien) qui se sont pris à rêver d’une approche théâtrale différente, qui tiendrait compte d’une écriture contemporaine et, entre autre, d’une attention soutenue aux cultures méditerranéennes.

Le nom de la compagnie, Atelier C. a été choisi sous le coup d’un éclat de rire car deux des trois fondateurs de la compagnie étaient aux bénéfices d’un permis de séjour de type –C-… !

L’image (dessinée par le peintre Stéphane Fretz) qui orne le nom de notre compagnie est une allégorie humoristique d’une forme d’humanité qui se découvre autre dans la glace…Ou si l’on veut une vision de la vanité.

Plusieurs créations sont venus jalonner avec succès les premières années de cette compagnie

1993 Histoires Minimales de Javier Tomeo,Lausanne, Tournée en Suisse Romande
1996 Le Village en flammes de R.W. Fassbinder,Lausanne
1998 La Reine Deirdre de R. Zahnd.Lausanne, Fribourg
1998 Un doigt d’amour… ? d’après G. B. Basile/D. CarliLausanne
1999 Notre Mère de P. L Péclat.Lausanne
2000 Calderòn de P. P. PasoliniLausanne

Puis pendant 8 ans la Cie. Atelier C. s’est tue. Ses compagnons ont observé, étudié, voyagé sous d’autres latitudes, sous d’autres bannières (entre autres : Omar Porras et son Teatro Malandro, AC Moser Cie., Cie. Nicole Seiler, Denis Maillefer). Mais toujours couvait en Claude Rueger et Domenico Carli l’envie de poursuivre l’aventure de la Cie. Atelier C.

L’histoire continue…

Enfin au début de l’année 2007, la décision est prise : la Cie. Atelier C. peut, riche de ses sept années d’expériences accumulées ailleurs, proposer à nouveau un texte, un projet. Ainsi est née l’aventure BOLEROS qui a très vite enthousiasmé le théâtre du 2.21 de Lausanne, le théâtre de l’Orientale de Vevey et le CNN-théâtre du Pommier de Neuchâtel.

Tous les membres, comédiennes, comédiens de la Cie. Atelier C. se réjouissent de ce retour sur les planches et espèrent en d’autres voyages aux couleurs de la passion du théâtre.




LA COMPAGNIE ATELIER C. VOUS CONSEILLE DES SITES INTERESSANTS
Musique
Officina Zoe

Presse
Rue 89

Roberto Saviano

Graphisme : Ng Tornay

Video: Brian Tornay

Culture : ITALaus





design

Calderon

Lire la suite

design

Notre Mère

Lire la suite

design

Deirdre

Lire la suite

design

Un doigt d'Amour

Lire la suite

design

Le village en Flammes

Lire la suite

design

Merlin

Lire la suite

design

Histoires Minimales

Lire la suite

design

Une lettre

Lire la suite

design

Sgombero - Rockaby

Lire la suite

design

Cage

Lire la suite

design

Concerto Pour Notes Vertes

D. CARLI. Concerto Pour Notes vertes. Avec Sophie Cornaz, Pascale Güdel/Jeanne Durussel et Pascal Dayer. Costumes : Claude Rueger.

Texte :

Sido est une virtuose du violon qui a perdu le goût de jouer. Mais le rire des enfants lui redonnera le goût de jouer sa musique différment.

design

Inséparables

Lire la suite

design

Zattera

Lire la suite

design

Babalina

Lire la suite

design

Lysistrata

Lire la suite

design

contact

ATELIER C


Domenico Carli
Rue du Grand Saint Jean 16
1003 LAUSANNE

+41.21.311.06.51
+41.76.373.06.51
dcarli@sunrise.ch

design

Claude Rueger

CLAUDE RUEGER
Née le 27 octobre 1965 à FRIBOURG, elle étudie d'abord l'histoire de l'art à l'université de FRIBOURG et LAUSANNE pendant trois ans puis obtient en 1992 un brevet d'enseignement secondaire en Education Artistique à l'université de BERNE (formation G.TRlTTEN).
En parallèle elle mène avec le groupe TIRAMISUD une réflexion sur la culture méditerranéenne.
Depuis 1987 elle travaille comme costumière avec plusieurs compagnies de Suisse romande dont notamment Atelier C. ; A.-C. Moser Cie, Denis Maillefer ; Cie Nicole Seiler, Cie Fabienne Berger., le trio Nörn ;
Plus de quarante créations sur des textes du répertoire Shakespeare, Aristophane, Strindberg, Musset, Pasolini, Pirandello, Beckett. I. Attar,
Ainsi que des auteurs contemporains : Michel Rio, Pierre Louis Péclat, Domenico Carli, René Zahnd, Marielle Pinsard, Denis Guenoun, Copi, Claudine Berthet.
Active dans le cinéma elle a aussi travaillé sur des productions de Nicolas Dietrich, Domenico Carli, Brian Tornay, Nicole Seiler.
Elle a participé à Expo 02 en concevant avec Nicole Tornay les costumes du pavillons OUI.


2013
On ne paie pas, on ne paie pas ! Llum Teatre, m.e.s Joan Mompart, Comédie de Genève
La Tempête, d’après W.Shakespeare m.e.s. ACMoser Fondation La Mérine Moudon

2012
St Paul, projet d’un film de P.P.Pasolini, AtelierC - Chantiers Interdits, Vevey, m.e.s. D.Carli
Ciao Papà !, ACMoserCie m.e.s A-C Moser, tournée Suisse Romande
Ave Maria ! ACMoserCie m.e.s A-C Moser
PHREN Cie F.Berger (danse) Lausanne, tournée en Suisse
Barbichette Cie La Main dans le Chapeau Lausanne
Small Explosion with… Cie Nicole Seiler (danse) Lausanne, tournée en Suisse Romande
Moby Dick Petit Théâtre/Cie Eventosud, Lausanne, m.e.s G.Bazzichi

2011
Floating Tone Cie F.Berger (danse) Lausanne, tournée en Suisse
TISTOU les pouces verts Cie Extrapol Lausanne, m.e.s M.Corbat, tournée Suisse romande
Stabat Mater Furiosa Cie Mezza Luna Lausanne, m.e.s.Heidi Kipfer, tournée Suisse Romande en 2012-2013
Morceau de nuit Jeune Cie Opéra, La Chaux de Fonds, m.e.s.A-C Moser
La Clé des chants Cie La Main dans le Chapeau, Lausanne, m.e.s. D.Carli

2010
Playback Cie Nicole Seiler (danse) Lausanne, tournée internationale
Battre le cœur temps qu’il est chaud Les Artpenteurs/L’Ecrou, m.e.s.A-C Moser
Le petit chaperon Uf Petit Théâtre Lausanne, m.e.s H Kipfer
La Reine des Neiges d’après H.C.Andersen, texte D.Carli, m.e.s J. Mompart, Amstramgram le Théâtre Genève, tournée Suisse et tournée française en 2011 et 2012

2009
Ma Solange, comment t’écrire mon désastre, Alex Roux de N.Renaude. Cie Mezza Luna, Lausanne, m.e.s F.Gremaud
Champignon Cie NUNA, Lausanne, chorégr. Yougsoon Cho Jaquet , Japon 2012
Les Chevaliers Jedi ont-ils un bouton sur le nez ? de C. Rebetez, Genève-Lausanne, m.e.s A-C Moser
Ami ami ami Cie la main dans le chapeau, Lausanne, m.e.s D.Carli

2008
Ningyo Cie N.Seiler (danse) Lausanne, tournée internationale
Boleros de D.Carli, Lausanne,m.e.s D.Carli
Screen Sisters Cie Fabienne Berger (danse) Lausanne
MW magic woman ACMoser Cie, Lausanne, m.e.s A-C Moser
Living room dancer Cie N.Seiler (danse) Lausanne
Sarta in Amsterdam performance dans le cadre des Urbaines, Lausanne

2007
Zattera de D.Carli, Lausanne, m.e.s. D.Carli
Le Songe ou le château qui pousse de A. Strindberg. A-C Moser Cie, Lausanne, m.e.s. A-C Moser
Elle(s) Cie Fabienne Berger (danse) Lausanne, chorégr.F.Berger
Concerto pour notes vertes Cie La main dans le chapeau, Lausanne, m.e.s D.Carli
En haut de l’escalier de C.Berthet, Lausanne, m.e.s. A-C Moser

2006
Marie, prénom d’emprunt Cie On m’l’a dit Fribourg, m.e.s. D. Maillefer
Aufnahmen Cie N.Seiler (4 clips vidéo pour la Télévision Suisse Allemande) chorégr./vidéo N. Seiler
iod Trio vocal Norn
Le Songe d’une nuit d’été d’après W.Shakespear.A-C Moser Cie. Lausanne, m.e.s. A-C Moser, reprise France- Suisse
Pixel Babes Cie N.Seiler (danse) Lausanne, chorégr. N :Seiler, tournée internationale

2005
Lui Cie N.Seiler (danse) Lausanne, chorégr. N :Seiler, tournée internationale
Le Songe d’une nuit d’été d’après W.Shakespear, A-C Moser Cie. Lausanne, m.e.s. A-C Moser
Lysistrata d’Aristophane Cie Atout les Halles Sierre, m.e.s. D. Carli
Dolls Cie N.Seiler (installation-danse).Lausanne
Dehors si j’y suis. de D.Carli, Cie la main dans le chapeau, Lausanne, m.e.s. D. Carli

2004
Mme K Cie N. Seiler (danse) Lausanne, choré. N :Seiler, tournée internationale,
Lorenzaccio de A.DE MUSSET, Cie du Passage Neuchâtel, m.e.s A-C Moser/R.Bouvier, reprise Paris,
Agata de D.Carli, Cie La main dans la chapeau. Lausanne, m.e.s. D. Carli
TETRA PAK (sacs et ceintures pour les Mtv Awards Rome)
Tapage Nocturne court-métrage de N.Dietrich Fribourg

2003
Alma ou petits bouts de rêves... de M. PINSARD. A-C Moser Cie Lausanne, m.e.s. A-C Moser
Lorenzaccio de A. DE MUSSET Cie du Passage Neuchâtel, m.e.s A-C Moser/R.Bouvier, tournée en Suisse romande
Bus n°9 court-métrage de D.Carli.Fribourg
TETRA PAK-EMI EVENTS. Vêtements cartons. Lucerne.
4 ! de D.Carli, Cie La Main dans le chapeau. Lausanne, m.e.s. D. Carli

2002
Expo 02. Costumes du Pavillon OUI. Yverdon-les-Bains.
TETRA PAK (vêtements en carton : Pully Lausanne 50ème Anniversaire)
TETRA PAK (vêtements en carton : Lund Suède conférence de presse internationale)
La journée d'une rêveuse d'après COPI. A-C Moser Cie Lausanne, m.e.s. A-C Moser

2001
Etrange, mon étranger, revue socio-éducative Seloncourt France (publication d’une sérigraphie)
TETRA PAK (Romont -Fribourg 25ème. Anniversaire

2000/1999
Calderon de P. P. PASOLINI, Cie ATELIER C. Lausanne, m.e.s. D. Carli
Notre mère de P. L. PECLA T. Cie ATELIER C. Lausanne, m.e.s. D. Carli

design

Pédagogie et cours




Les différents ateliers que nous proposons sont des groupes de motivation plus que des groupes de niveau.
Plus le niveau est avancé, plus l'engagement de l'élève doit être important et plus l'exigence du professeur sera grande.
Inscription jusqu'au 15 septembre 2012

en téléphonant au 076.373.06.51
ou
par e-mail : dcarli@sunrise.ch

 

NIVEAU

DESCRITPION

Age

CONDITION

OBJECTIF

DEBUTANT 1

Pour tous ceux qui souhaitent commencer ou reprendre le théâtre en douceur

Dès 17 ans

Pas d'audition

Présentation publique dans la salle de cours

AVANCE 1

Cultiver son expérience et faire ses débuts sur scène

Dès 17 ans

Audition

Présentation publique dans la salle de cours/DVD de sortie

IMPROVISATION

Improvisation uniquement

Dès 17 ans

Ouvert à tous les niveaux

Etre à l'aise en improvisation

 

ADOLESCENTS

Impro, théâtre

De 13 à 17 ans

Pas d'audition

Présentation publique dans la salle de cours

ENFANTS

Introduction au jeu de scène

Dès 9 ans

Pas d'audition

Présentation publique dans la salle de cours

Atelier d’écriture

Approche de l’écriture théâtrale et de la prose.

Dès 17 ans

Pas d'audition

Découvrir et développer les différentes techniques d’écriture

 


Après avoir identifié le niveau de la candidate ou du candidat nous élaborerons ensemble un programme d approche des divers objectifs à atteindre.

A raison d’un cours hebdomadaire au minimum nous approcherons tour à tour et les questions liées à l’espace, au texte, au corps, au groupe.
Puis l’exploration des différents style de jeu (dramatique, épique, comique, grotesque, non verbal) sera abordée en fonction du niveaux de chaque groupe


Quelques mots sur ma démarche de metteur en scène et de pédagogue.

Quelle démarche… ? Une démarche chaloupée, oscillante entre mes nombreuses préoccupations artistiques, anthropologiques, littéraires, qui m’a guidé tout au long de mes divers spectacles.
En effet, tous les spectacles que j’ai réalisés tout au long de mon parcours dans le monde théâtral (théâtre pour enfants et public adulte, théâtre de marionnettes, stages) ont été guidés par deux désirs simultanés. D’une part celui de bien raconter une histoire, appréhensible par un public le plus large, et, d’autre part, de réfléchir, de chercher comment raconter cette histoire d’une manière la plus contemporaine possible. L’impact des progrès technologique et médiatique n’a pas que des conséquences dans nos habitudes de consommations et de travail, mais bien aussi dans notre manière de penser, d’imaginer et de créer.

Ainsi, par exemple, parallèlement à une recherche sur des textes d’une construction dite « plus classique » (Le Village en Flammes de R. W. Fassbinder en 1997; La Reine Deirdre de R. Zahnd, en 1998, Lysistrata d’Aristophane en 2005), l’utilisation des techniques digitales nous a permis d’explorer la simultanéité au théâtre (Merlin d’après M. Rio en 1996), la déconstruction d’un récit linéaire (Notre Mère de P. L. Péclat en 1999 ; Caldéron de P.P. Pasolini en 2000 ; Zattera de D. Carli en 2007).

La chance d’avoir été au bénéfice d’une résidence au théâtre de la Grange de Dorigny de 1998 à 2000 m’a permis d’essayer et de tester ces différents points de notre recherche.

Cette démarche de recherche ne s’applique pas seulement à l’étude des univers esthétiques mais aussi à l’étude des différentes techniques de jeu. L’approche du comédien, des personnages ou des rôles. Je reprends pour mieux préciser mes intentions de recherches, quelques passages d’un exposé donné à Cratoule (Ardèche-France) lors d’un stage donné pour l’association franco-suisse : « Musica da Camera » sur Roméo et Juliette de Shakespeare devant un auditoire de musiciens adolescents.

« J’essaye toujours en guise d’introduction de définir ce que peut bien être une comédienne, un comédien. Vaine tentative car les plus grands maîtres et même Socrate dans son dialogue « Ion » s’y essaye et ne réussit qu’avec peine à circonscrire une réponse qui ne le satisfait guère.
Je ne réponds, en toute modestie, que partiellement à cette interrogation. En effet je pense qu’une comédienne, un comédien est avant tout un caractère et une disponibilité. Un « caractère » si l’on pense à ses origines, ses expériences, à sa formation, ses idéaux qui sont l’humus dans lequel il va puiser pour comprendre un rôle. Par « disponibilité », j’entends un accord tacite qui pose les limites extrêmes de sa disponibilité à chercher. Sur mon chemin de metteur en scène, j’ai assisté moult fois à l’arrêt subit de comédiennes ou de comédiens qui s’arrêtaient (parfois seulement inconsciemment) de chercher encore et encore la racine de telle ou telle émotion. La pertinence d’un rôle sera d’autant plus grande si la comédienne ou le comédien est d’accord de repousser ses limites, de se laisser guider sur des chemins de traverses, de proposer des perspectives inattendues.
La multiplication de ces deux facteurs chez une comédienne ou un comédien est le carburant nécessaire pour qu’un metteur en scène puisse entendre, lire et enfin ciseler une scène. Leur force de proposition sera sans cesse nourrie de cette liberté de puiser dans leur « caractère » et de la propulser dans une disponibilité sans borne.
Le rôle du metteur en scène et celui de pédagogue est de donner tous les éléments de l’apprentissage et de la recherche. Les éléments dramaturgiques, les éléments techniques, la direction esthétique…En fait tous les éléments de l’addition qui devraient à amener la comédienne ou le comédien à faire une proposition scénique la plus riche possible. Une proposition qui dialogue avec tous les éléments du théâtre et qui résonne avec les sens généraux et particuliers du texte, du spectacle. »

Ce n’est pas une méthode dirigiste et c’est aussi une méthode dirigiste. Car je ne montrerai jamais comment faire ni quoi faire sur scène. J’aurais identifié où sont les « manettes de commandes du comédien » et actionnerai les leviers nécessaires pour le conduire à bon port. La comédienne ou le comédien proposera, en accord avec ses partenaires de scène, une « invention » ludique et fertile de sa scène. Je préciserai, alors, la direction générale du spectacle, du cours et j’aurai comme devoir de surveiller que l’on ne s’éloigne pas de ce cap.

design

Domenico Carli

Je suis né en Italie en 1965, arrivé en Suisse à l’âge de 5 ans j’essaye d’apprivoiser la langue et la culture francophone en lisant, regardant et en écoutant tout ce que je peux. Résultat je deviens un « francophile »boulimique. Je subis sans trop savoir pourquoi une formation classique et économique qui me mène à l’Université de Fribourg (CH), en faculté des Lettres. Mais l’ennui gagne vite les bancs de la fac. Ainsi parallèlement je suis une formation de théâtre avec divers professeurs (dont notamment V. Skorrik et Bruce Myers). Et là : coup de foudre.
Enfin, la porte sur le monde de l’imaginaire s’ouvre et je me lance, en 1986, à corps perdu dans le monde du théâtre. J’adapte, monte et joue des pièces aussi bien du répertoire que des créations contemporaines.
Dès 1992 je réunis quelques complices et fonde la compagnie Atelier C. ainsi que Le Crachoir, et dernièrement, le Tastemot, deux cabarets littéraires. Expérimentant aussi bien les formes que les genres que propose la scène, le spectacle Zéro et ses Ombres (produit avec D. Bianchi) reçoit le Prix Romand des spectacles indépendants 1995.
Un partie du métier du théâtre se passe sur les routes, alors, avec le groupe Tiramisud, composé de peintres, écrivains, musiciens, voyageurs nous menons une réflexion sur la culture méditerranéenne.

Ma première pièce KLETKA/CAGE est inspirée de la vie, la correspondance et l’œuvre d’A. Tchekhov. Suivront deux adaptations d’œuvres littéraires : MERLIN de M. Rio et UN DOIGT D’AMOUR… ? d’après G. B. Basile. Je me frotte aussi à l’écriture pour le jeune public et produit huit pièces.
J’expérimente aussi l’écriture de scénario. La chance me sourit et j’obtiens (en collaboration avec M. Brun) La Bourse du Prix Genève-Europe ou encore remporte le Prix du Concours d’Ecriture Long-Métrage de la TSR.
Passionné par la musique, j’écris aussi un tour de chant : LETNA (produit à Lausanne en 2003), écrit la musique de NEGLIXIA (en 2008) et traduit en italien pour H. Salvador JAZZ MEDITERANEE (en coll. avec G. Bazzichi).

Acteur et metteur en scène, en plus de mes propres pièces, je m’attelle principalement aux auteurs contemporains : Beckett (BERCEUSE, 1991), Pirandello (CIRCULEZ ! 1991), Tomeo (HISTOIRES MINIMALES 1992), Ramuz, (UNE LETTRE, 1994), Fassbinder (VILLAGES EN FLAMMES1996), Péclat (NOTRE MERE 1999), Zahnd (LA REINE DEIRDRE, 1998), Pasolini (CALDERON, 2000), sans oublier les classiques : Aristophane (LYSISTRATA, 2005), Basile (DOIGT D’AMOUR, 1998).
En 2006 je reçoit le 1ER. Prix d’écriture Théâtrale de La Loterie Romande. Pour ZATTERA que je mets en scène au théâtre de Vidy en janvier 2007. La ZATTERA part en tournée en Suisse Romande les semaines qui suivent.

Ah ! Une rencontre importante. Avec Omar Porras. Depuis 2000 je collabore comme assistant à la mise en scène des spectacle d’Omar Porras : AY ! QUIXOTE (2000), LA VISITE DE LA VIEILLE DAME (2003), DON PERLIMPLIN (2004), EL DON JUAN (2005).

En production : la mise en scène de BOLEROS, une pièce originale sur la problématique de l’intégration et du poids du regard de l’autre pour mai 2008.

Je me souviens d’une phrase que me disait un vieux paysan italien :
Tu dois aimer et partager les rêves qui peuvent t’emporter loin.

Zattera. d.carli

design

News

Le théâtre met de la couleur à votre matière grise!



LA RENTREE : les COURS DE THEATRE LUNDI 3 Novembre 2014 à 19h !!!!

INSCRIPTION JUSQU'AU 20 OCTOBRE

INFO PAR MAIL : dcarli@sunrise.ch <br />
bel été…de découvertes et de douceurs!


CHRONIQUES ADRIATIQUES Ciao, Papà ! & Ave Maria & Lido Adriatico de Domenico Carli Mise en scène : Anne-Cecile Moser Issu de l’imagination de Domenico Carli, Ciao, Papà! donne à voir la rencontre de Laura, fille d’un politicien assassiné par la Mafia, et de Riccardo, comédien ayant joué le rôle de son paternel à l’écran, dans un train au départ de Milan.
Ecrit comme un hommage au cinéma transalpin hanté par la figure du père Ciao, Papà ! constitue le premier volet d’une trilogie baptisée Les Chroniques Adriatiques.

C’est la suite de cette épopée gangrénée par la violence, l’injustice et la corruption qui se poursuit avec Ave Maria.
Ave Maria, collection de témoignages concentrés sur fond de rapports filiaux, de pardon et survie - celle qui s’impose, terrible,
à une mère anéantie par le meurtre de sa fille la veille de ses noces, bavure d’un chef mafieux qu’on lui suggère aussitôt d’oublier.
3 ème volet Lido Adriatico, suit la chronique d’une mort annoncée où deux frères, Dario, professeur de biologie, et Vito,
loup solitaire tenté par l’argent facile, se déchirent en bordure de la mer Adriatique.
Entre fiction et témoignage, poésie et enquête, ce triptyque débusque l'inconscient collectif d'une Italie confrontée à ses rêves et à ses faillites morales, sociales.

LES CHRONIQUES ADRIATIQUES EN TOURNEE :
Du 30. 9 au 2 10 2014 : Théâtre de l’Échandole d’Yverdon
Du 12.11 au 16. 11 : Théâtre de l’Orientale à Vevey
Du 2. 12 au 14. 12 : Théâtre du Grütli de Genève
Du 19.12 au 21. 12 : Théâtre du Moulin-Neuf à Aigle
Le 6. 2 2015 : Salle du Tribunal de Porrentruy
Du 5. 3 au 8. 3 : Théâtre de Nuithonie de Villars sur Glâne
Le 12. 3 : Teatro Sociale de Bellinzona
Mise en scène : Anne-Cecile Moser
DISTRIBUTION
CIAO, PAPÁ ! : Shin Iglesias, Roberto Molo
AVE MARIA : Anne-Marie Yerly, Maurenn Chiché, Isabelle Tosic, Michel Rossy
LIDO ADRIATICO : Anne-Marie Yerly, Maurenn Chiché, Isabelle Tosic, Michel Rossy, Yves Adam, Shin Iglesias, Roberto Molo
Infos supplémentaires : (info sur http://www.acmosercie.com/)

Conception, mise en scène : Anne-Cécile Moser
Création sonore : Stéphane Vecchione en collaboration pour Lido Adriatico avec David Tabachnik
Création lumières : Jean-Marie Bosshard en collaboration pour Lido Adriatico, Reuben Bramley
Vidéo : Brian Tornay
Costumes : Claude Rueger
Maquillage : Malika Stahli
Régie générale, régie son : David Tabachnik
Régie lumière : Reuben Bramley
Régie plateau et accessoires : Emilie Triolo
Administration : Emmanuel Colliard
Une production acmoser cie.

Co-producteurs : Espace Equilibre-Nuithonie-Friubourg, Théâtre de L'Oriental-Vevey, Théâtre du Grütli-Genève, Théâtre du Moulin-Neuf-Aigle, Théâtre l'Echandole-Yverdon
Avec le soutient des Affaires Culturelle du Canton de Vaud, de la Loterie Romande, La Corodis, Migros Vaud, Fondation Ernst Göhner, S.I.S.



MOBY DICK</a> Du 5 au 31 décembre 2012

Dans la Tour Vagabonde, édifiée dans le jardin du Petit Théâtre de Lausanne (CH)
VOIR AUSSI SOUS ONGLET "OFF"


Texte : Domenico Carli, d’après Herman Melville
Mise en scène: Gabriele Bazzichi
Jeu : Julien Alembik, Antonio Buil, Michel Demierre, Tomas Gonzalez,
Shin Iglesias, Bastien Semenzato, Pierre Spuhler,
Roland Vouilloz, Edmond Vullioud
Assistante à la mise en scène : Jocelyne Page
Scénographie et lumières : Gilbert Maire, assisté de Fanny Courvoisier et Guillaume Gex
Costumes : Claude Rueger, assistée de Withney Juriens
Son : Olivier Lübkemann
Musique : Lee Maddeford
Travail vocal Catherine Pillonel Bacchetta
Accessoires: Leila Licchelli
Maquillages : Nathalie Mouchnino
Régie plateau: Noé Stehlé
Régie son et lumière : Guillaume Gex et Luc-Etienne Guersbach
Durée: 1h15
Création - coproduction : Le petit théâtre, Cie Eventosud
RESERVATION
Le petit théâtre
Place de la Cathédrale 12
1005 Lausanne

Mail: info@lepetittheatre.ch
Tél: 021 323 62 13
Fax: 021 323 62 15


Actualités passées!
Il neige…et Ali Baba passera par Vevey…

Dimanche 4 novembre à 17h00 THEATRE DE VEVEY ALI BABA
Texte adaptation de Domenico Carli
Musique Robert Clerc
Chef d’orchestre: Antoine Marguier
Récitant : Joan Mompart

THEATRE DE VEVEY
Jeune public
           Ali Baba et les quarante voleurs
Ali Baba est un pauvre bûcheron. Un jour, alors qu'Ali Baba coupe du bois, il voit des hommes inquiétants s’approcher. Il se cache dans un arbre d’où il entend le chef d’une quarantaine de voleurs prononcer la formule magique qui permet d'ouvrir une porte dans la montagne : « Sésame, ouvre-toi ! » et la formule magique pour la fermer : « Sésame, ferme-toi ! ».
Après le départ des bandits, Ali Baba prononce la formule et entre dans la grotte secrète, découvre des trésors accumulés et emporte une partie de l'or.
Son frère Cassim, qui est un riche marchand, est surpris par la fortune soudaine d'Ali Baba qui lui raconte son aventure. Cassim se précipite vers la grotte, mais émerveillé par les richesses il en oublie la formule et est surpris par les voleurs qui le tue. Ali Baba ira récupérer le cadavre de son frère. Dès ce jour le chef des voleurs voudra éliminer aussi celui qui a récupéré le cadavre.
Il échafaudera plusieurs plans qui échoueront toujours grâce à la perspicacité de Morgiane, la servante rusée d’Ali Baba !…


Je serais heureux de vous y voir…


CIAO, PAPA!



ECRIT PAR DOMENICO CARLI


CIAO, PAPÀ !

Dans un train pour le sud de l’Italie, Riccardo Pérès, acteur, rencontre Laura Pàto. Hasard d’un voyage, Riccardo a incarné pour le cinéma son père assassiné par la mafia.

de Domenico Carli

Avec : Shin Iglesias et Marco Facchino
Mise en scène : Anne-‐Cécile Moser



Scénographie : Elissa Bier
Musique : Stéphane Vecchione
Lumière : Jean-‐Marie Bosshard
Vidéo : Brian Tornay
Costumes : Claude Rueger
Construction : Adrien Moretti
Construction, régie générale et accessoires : Hervé Jabveneau
Régie son/lumières : Guillaume Gex
Graphisme : Baptiste Cochard
Administration : Emmanuel Colliard

dès la minute 24: petite mise en bouche radiophonique : RSR 1: Devine qui vient dîner ce soir /qui sort ce soir

Une coproduction Nuithonie, Echandole

www.acmosercie.com

Le texte est publié par les Editions d'en Bas, Lausanne

Le Courrier en dit…


presse
du 15 mars au 1er avril, Pulloff Théâtres, Lausanne,

du 26 au 28 vril 2012, Echandole, Yverdon, du 3 au 5 mai 2012, Nuithonie, Fribourg,

le 9 mai 2012, Théâtre du Pommier, Neuchâtel,

le 11 mai 2012, Théâtre Casino-‐La GrangeLe Locle,

, les 24 et 25 mai 2012, Salle des Hospitalières, Porrentruy,











SAINT PAUL : PROJET D'UN FILM DE PIER PAOLO PASOLINI


LECTURE-SPECTACLE


PAR LA CIE ATELIER C.


Du 20 au 22 janvier 2012 Ve-sa 20h | Di 17h30
Eglise Sainte-Claire, Rue Ste-Claire 1 1800 Vevey


RÉSERVATIONS 021 923 74 50 ou www.orientalvevey.ch




CONCEPTION Domenico Carli JEU Anne-Cécile Moser | Isabelle Tosic |
Gabriele Bazzichi | Pascal Dayer | Marco Facchino | Georges Grbic |
Salvatore Orlando | Pierre Louis Péclat | Stéphane Rentznick
TRADUCTION Giovanni Joppolo CONSEILLER THÉOLOGIQUE Daniel Marguerat
CONSEILLÈRE ARTISTIQUE Claude Rueger VIDÉO Brian Tornay
ADMINISTRATION Emmanuel Colliard



En 1968, Pier Paolo Pasolini, un des plus grands auteurs italiens
du 20ème siècle, a une vision: Paris, 1940, Saul, jeune officier
nazi assiste au martyr d’un résistant nommé Etienne. Quelques
scènes plus tard, toujours à Paris, Pierre un chef important de
la résistance, organise son réseau de sabotage.
Saul, pendant ce temps, sur la route de Barcelone, est aveuglé
par une lumière prodigieuse. Il entend une voix: Saul, Saul,
pourquoi me persécutes-tu ?
Qui aurait été Paul aujourd’hui ? Comment auraient été accueillies
ses paroles ? Hanté par la figure de Saint Paul et par le génie
de son inspiration, Pasolini travaillera jusqu’au dernier jour de
sa vie à ce scénario qu’il n’a pas eu le temps de tourner.


En proposant une lecture dynamique du scénario, la cie Atelier C.
tente de donner vie à ce film rêvé par Pasolini.
La cie Atelier C., le Théâtre-Ensemble Chantier Interdit et Oriental-Vevey, CP 122, 1800 Vevey 2 remercient:

la Ville de Vevey | l’Etat de Vaud | le Fonds culturel Riviera | la Loterie Romande | Sandoz - fondation de famille | Nestlé SA | Ernst Göhner Stiftung | le Pour-cent culturel Migros | la Cie industrielle et commerciale du Gaz


LES COURS ONT COMMENCE…oh yes!


MARTEREY 21 A LAUSANNE (M2 arrêt OURS)


(Info au+41.76.373.06.51)

Ou par dcarli@sunrise.ch




Cette saison 2011-2012


Année faste !!!

Les pièces de Domenico Carli sur les routes :


CREATION : LA CLÉ DES CHANTS d’octobre 2011 à mai 2012. cie La Main dans le Chapeau (écoles Lausannoises)

EN TOURNEE: LA REINE DES NEIGES* Cie Llum Teatr TGP (France) du15 Fév 2012 > 18 Fév 2012au TGP et au THEATRE DE CORBEIL ESSONNES LES 13 ET 14 MARS 2012

EN TOURNEE : UN OS À LA NOCE* (d’après Antigone – co-écrit avec I. Matter. Cie. Les Héllices Festival Pays Basque fin 2011)

CREATION : CIAO PAPÀ cie AC Moser printemps 2012 (Lausanne et tournée Suisse Romande)

CREATION: AVE MARIA Cie Ac Moser printemps 2012 (idem)

CREATION : ALI BABA* ( printemps Genève et tourneé Suisse Romande) Cie du Rossignol

(*=adaptation)

Plus d’infos sur ce site ou par mail Informez-vous en envoyant votre demande à dcarli@sunrise.ch




Et voici avec la première neige…
La Reine des neiges
Mise en scène
Joan Mompart
Texte
Domenico Carli
d’après Hans Christian Andersen
Composition
Christophe Sturzenegger
Jeu
Marion Duval
Rachel Gordy
Juan Antonio Crespillo


Interprétation
Solistes de l'Orchestre de la Suisse romande et de la Haute Ecole de Musique de Genève, en alternance
Spectacle. Tout public dès 7 ans.
Quand Kay reçoit dans l'œil et dans le cœur deux éclats d'un miroir maléfique, sa vision se déforme et son cœur s'endurcit.
Le Bien se change en pommes pourries et les plus beaux paysages deviennent des épinards cuits.
  Irrésistiblement attiré par la Reine des Neiges, il la suit dans son royaume au bout du Grand Nord.
Gerda ne peut se résoudre à la disparition de son ami et part à sa recherche.
Après un long voyage et de fabuleuses rencontres, elle trouve enfin le château de glace…
Trois acteurs virtuoses entourés par sept musiciens vont vous donner une version resplendissante du conte d'Andersen.
La mise en scène est signée par Joan Mompart, fidèle compagnon notamment d'Omar Porras,
d'Ahmed Madani, de Jean Liermier et créateur de spectacles musicaux avec Antoine Marguier qui assure ici la direction musicale. Jean Claude Picard est chef remplaçant.
et même un avant goût : sur http://vimeo.com/16692588


A presto A presto


SPECTACLE EN CREATION
CLAUDE RUEGER : Morceaux de Nuit

DOMENICO CARLI : La clé des chantsécrits, mis en scène et joué par Domenico Carli dès fin Octobre 2011 dans les écoles lausannoises





ACTUALITES DES MANIFESTATIONS ATELIER C


LU PENDANT LE FESTIVAL FEVRIER EAT DES AUTEURS 2009

AU THEATRE DE LA POUDRIERE DE NEUCHATEL (SUISSE)
EXTRAIT DES CHANSONS DU SPECTACLE "LETNA"L'EGLISE DESAFECTEE
Vous pouvez télécharger les paroles de la chanson en pdf ici

MAIS ENCORE!!! MAIS ENCORE!!! MAIS ENCORE!!!



CLAUDE RUEGER IN SARTA IN AMSTERDAM PENDANT
LE FESTIVAL DES URBAINES LAUSANNE 2008




Coni & Boby

Dialogue pour deux personnages lu le 15 XI 2008, par Domenico CARLI au Théâtre Sévelin à Lausanne, d’après une représentation «IL FAUT QUE JE M’ABSENTE» spectacle chorégraphié par Philippe Saire.
Vous pouvez télécharger les dialogues en pdf ici

		

design